Il ne faut pas confondre logiciel libre et logiciel gratuit.

Certains logiciels sont distribués gratuitement (freewares), sans que leur code source soit accessible, sans possibilité d’en étudier le fonctionnement, de les modifier, et/ou sans le droit de les copier et de les redistribuer.

Les logiciels libres sont le plus souvents gratuits. Mais tous les logiciels gratuits ne sont pas libres. Certains sont propriétaires, bien que gratuits.

.

Pourquoi préférer un logiciel à un logiciel propriétaire, fût-il gratuit ?

  • Un freeware gratuit aujourd’hui peut devenir payant demain ; par exemple s’il devient très répandu et que ses utilisateurs y sont attachés.
  • Le code source d’un freeware n’est pas disponible. Personne, à part l’éditeur, ne peut l’examiner et y déceler des bugs, des fonctions cachées, des éventuels espions.
  • Un freeware meut lorsque son éditeur arrête de le développer. Comme le code source n’est pas disponible, personne ne peut l’utiliser pour le faire évoluer.
  • Au contraire, un logiciel libre sera toujours libre. La licence libre (GPL ou autre) spécifie les libertés attachées au logiciel. Le code source d’un logiciel libre ne peut être utilisé que pour faire un autre logiciel libre. Ce qui est licencié sous licence GPL l’est pour toujours. Le pire qui puisse arriver est qu’un éditeur cesse de rendre libre les versions futures de son logiciel ; dans ce cas, comme le code source de la version précédente est toujours libre, n’importe qui peut créer un « fork », c’est à dire un logiciel concurrent, qui se base sur une copie du premier logiciel.
  • Le code source d’un logiciel libre est disponible et examinable par tous. Si une faille de sécurité, un bug ou une fonction cachée (espion) est contenue dans le logiciel, la communauté est rapidement au courant.
  • Si un éditeur laisse tomber un logiciel libre, le projet sera toujours reprenable par un autre.