Utiliser le logiciel

N’importe qui peut utiliser un logiciel libre (établissement, administration, entreprise, enseignant, élève, famille…) pour n’importe quel usage (y compris dans un but commercial) sans restriction de durée ni du nombre d’installations.

Les sharewares ne sont pas des logiciels libres : leur utilisation peut être limitée dans le temps, certaines fonctionnalités peuvent être soumises au paiement d’une licence.

Les freewares ne sont pas des logiciels libres : les usages autorisés peuvent être limités (la plupart du temps, seule l’utilisation personnelle et non commerciale est autorisée). Notamment, les entreprises, les administrations et les établissements d’enseignements peuvent ne pas être autorisés à utiliser un freeware.

Étudier le fonctionnement du logiciel

Un logiciel est avant tout une suite complexe d’instructions organisées, interprétées par un ordinateur : c’est le code source du logiciel, sa « recette » de fabrication.

Un logiciel libre permet d’avoir accès au code source pour étudier son fonctionnement.

Cela permet notamment de s’assurer qu’il ne contient pas de virus, de failles de sécurité ou de fonctionnalités cachées.

Cette liberté suppose que le logiciel soit fourni avec son code source (comme si on vous servait un plat avec sa recette).

Copier le logiciel

Un logiciel libre peut légalement être copié autant de fois que souhaité. Il peut être installé sur un nombre illimité de machines, distribué sur tout support (CD, clé USB, internet…) sans avoir à acquérir de licence.

Cette liberté de copier permet également la copie à but commercial.

Il est donc possible de vendre des copies d’un logiciel libre.

Modifier et redistribuer le logiciel

Un logiciel libre peut être modifié et amélioré. Cela suppose l’accès au code source.

Les versions modifiées peuvent être redistribuées.

.

Page suivante : intérêt des logiciels libres à l’école